Pennine - la première laine de notre propre marque! – Laine des Iles

News

....Pennine - la première laine de notre propre marque!..Pennine - our first own-brand yarn!....

....Pennine - la première laine de notre propre marque!..Pennine - our first own-brand yarn!....

....

Nous sommes fières et ravies de vous présenter le tout premier fil de notre propre marque !  Pennine est un superbe fil DK tout doux, filé intégralement de toisons de moutons Bluefaced Leicester. La Bluefaced Leicester est une des races britanniques les plus connues et plus reconnaissables, avec son nez romain et ses longues oreilles.  Cette race a été créée à  l’origine au 19ème siècle dans le comté anglais du Northumberland, à l’extrême pointe nord des Pennines,  une chaîne de collines et montagnes qui descendent le long du milieu de l’Angleterre du Nord.

Le Bluefaced Leicester est une race à longues fibres, qui produit de la laine particulièrement fine et douce (généralement de 24 à 28 microns) tout en étant également résistante, soyeuse et brillante.   Sa laine rivalise la laine mérinos en termes de douceur - on l'appelle souvent le mérinos britannique du fait de la qualité et merveilleuse douceur de sa laine.  Pennine est un fil lisse et régulier, discrètement lustré, avec une parfaite définition des points et un joli drapé.

Pennine a été filé exclusivement pour Laine des Iles par la filature West Yorkshire Spinners au Royaume Uni.  Il a ensuite été teint pour nous par un teinturier spécialisé, avec des teintures écologiques certifiées  GOTS  dans une petite palette de valeurs tonales de gris, bleus et roses, ainsi que 3 couleurs  complémentaires.

 

[french]

L’origine de la race de mouton Bluefaced Leicester remonte au 18ème siècle, quand l’éleveur Robert Bakewell a développé un procédé pour améliorer les races anciennes à laine longue, qui produisaient de bonnes toisons mais de la viande médiocre et peu d’agneaux. Au moyen-age, l’accent en Angleterre était mis en priorité sur la laine plus que sur la production de viande. Mais cela a changé au 18ème siècle. Bakewell est considéré comme un éleveur de bétail de génie, connu pour son travail sur les chevaux et les bovins, et tout spécialement les moutons. Son but était de créer une race qui garderait une toison fine, tout en améliorant la rentabilité de sa viande.

Pendant les années 1750, Bakewell a créé une nouvelle race de mouton, connu sous le nom de  Dishley Leicester (d’après sa maison, Dishley Grange), un animal à croissance plus rapide avec une viande de meilleure qualité, mais, et c’est ce qui est le plus important, une capacité accrue à engendrer des races croisées hybrides de grande qualité. Bakewell a eu l’idée de louer ses béliers aux fermiers prêts à le payer, et le Dishley Leicester n’a guère tardé à devenir très populaire dans toute la Grande Bretagne. Ce système a aussi permis à Bakewell de voir le résultat des croisements d’autres races avec ses béliers, et ainsi de continuer à améliorer la qualité des races hybrides.

Il a aussi été suivi par un grand nombre d’adeptes et étudiants souhaitant apprendre ses méthodes d’élevage. Deux d’entre eux étaient les frères Culley du Northumberland, qui ont utilisé les Dishley Leicester dans leur propre programme d’élevage afin de créer le Border Leicester – une race magnifique à la toison lustrée, connue pour ses « oreilles de lapin » et qui reste populaire encore aujourd’hui.  La race Bluefaced Leicester telle que nous la connaissons aujourd’hui a été développée dans le Northumberland à partir du Border Leicester, et a été reconnue comme une race distincte dès la fin du 19ème siècle.  

Le Bluefaced Leicester a dès le départ été créé comme race d’élevage, et encore aujourd’hui l’élevage reste son rôle principal au Royaume-uni : sa laine recherchée n’est pourtant qu’un bénéfice secondaire importante. Quand on croise un bélier Bluefaced Leicester avec une autre race (souvent une race rustique des collines, telle que le Scottish Blackface, Welsh Mountain ou Cheviot), les brebis obtenues sont appelées « Mules » en anglais.  Ces brebis sont considérées comme le pilier de l’élevage ovin britannique car elles mettent bas la première année, souvent de jumeaux, et sont d’excellentes mères. Ainsi, même si le Bluefaced Leicester n’est pas élevé essentiellement pour sa viande, c’est l’une des races les plus importantes de l’élevage ovin Britannique du fait de ses propriétés particulières lors les croisements. Les béliers Bluefaced Leicester engendrent environ 50% des brebis du commerce Britannique, et ont de ce fait une valeur économique indéniable.

Comme ses ancêtres, le Bluefaced Leicester est classé comme mouton à laine longue. Et, comme leur nom le laisse à penser, les moutons à laine longue ont des toisons à fibres très longues, généralement d’assez gros diamètre  (32 à 40 microns). Ainsi leur laine est très solide, lustrée et résistante à l’usure.  Cependant le Bluefaced Leicester est doté d’une toison à boucles longues, étroites et frisées qui sont beaucoup plus fines que celles d’autres races à laine longue (entre 24 et 28 microns).  De ce fait, elle est aussi plus douce et soyeuse, et une fois filée cette laine est à la fois résistante et douce, délicatement lustrée avec un joli drapé. Cette laine est bien sûr très différente de la mérinos, mais elle est également assez douce pour la porter à même la peau, tout en étant beaucoup plus abordable. Elle marche ainsi très bien en substitution pour des modèles préconisant des laines DK plus chères, telles que la Brooklyn Tweed Arbor et Westwool Tandem.

Dans les mois à venir, nous vous présenterons plusieurs nouveaux patrons pour Pennine, avec le premier qui arrive dans quelques semaines à peine. Donc soyez prêts pour l’arrivée de  nouveaux kits, et plein d’idées pour ce fil de notre toute nouvelle propre marque !

..

We are proud to present our very first own-label yarn.  Pennine DK is a beautiful, soft yarn spun entirely from the fleeces of Bluefaced Leicester sheep. The Bluefaced Leicester is one of the best-known and most recognisable of British breeds, with its Roman nose and long ears.  The breed was originally developed in the 19th century in the English county of Northumberland, at the northernmost tip of the Pennines, a chain of hills and mountains that is known as the backbone of England.  

The Bluefaced Leicester is a longwool breed, producing particularly fine and soft wool (typically 24-28 microns) which is also strong, silky and lustrous.  It is one of the most luxurious of all British breeds, often referred to as the British merino due the wonderful softness and quality of its wool. It rivals pure merino wool for its softness, but for a much more reasonable price.  Pennine DK is a smooth and uniform yarn, which gives excellent stitch definition and drape.

Pennine DK has been spun exclusively for Laine des Iles by West Yorkshire Spinners, and dyed for us by a specialist dyer using only sustainable GOTS certified dyes in a small palette of tonal greys, blues and pinks, with 3 accent colours.

 

[english]

 

The origins of the Bluefaced Leicester sheep breed date back to the 18th century when breeder Robert Bakewell developed a scheme designed to improve the older longwool breeds, which produced good fleece, but poor meat and few lambs.  During the Middle Ages, the focus in England had been more on wool than meat, but by the 18th century this had changed.  Bakewell was considered to be a genius livestock breeder, known for his work with horses, cattle and especially sheep.  His aim was to produce a breed that would keep the fine fleece, but give better gains for meat.

During the 1750’s, Bakewell developed a sheep which became known as the Dishley Leicester (named after his home, Dishley Grange), which was a faster-maturing animal with better quality meat, but most significantly a superior ability to create high-quality crossbreeds.  Bakewell had the idea of leasing his rams out to farmers who were willing to pay, and it was not long before the Dishley Leicester became popular all over Britain.  This system also allowed Bakewell to see how other breeds performed when crossed with his rams, and thereby to further develop improved crossbreeds. 

He also acquired a number of followers and students keen to learn his breeding methods.  Two of these were the Culley brothers in Northumberland who used the Dishley Leicester in their own breeding programme to create the Border Leicester – a beautiful breed with a lustrous fleece, famous for its “rabbit ears”, which is still popular today.  The Bluefaced Leicester breed as we know it today was developed in Northumberland from the Border Leicester, and was first recognised as a distinct breed in the late 19th century.  

The Bluefaced Leicester was originally created as crossing breed, and in the United Kingdom this is still its primary purpose today, with its sought-after wool a welcome secondary benefit.  When a Bluefaced Leicester ram is crossed with another breed (usually a hardy hill breed such as the Scottish Blackface, Welsh Mountain or Cheviot), the ewes that are produced are called Mules.  These ewes are considered to be the backbone of British sheep farming, as they will lamb in their first year, often with twins, and are excellent mothers.  Therefore although the Bluefaced Leicester is not in itself bred primarily for meat, it is one of the most valuable breeds in  British sheep farming due to this remarkable crossing ability.  Bluefaced Leicester rams produce around 50% of British commercial ewes and so have significant economic value.

Like its ancestors, the Bluefaced Leicester is classified as a longwool sheep.  As the name suggests, longwool sheep produce a fleece with very long fibres, usually with a large diameter (32 to 40 microns).  This makes their wool very strong, hardwearing and lustrous.  The Bluefaced Leicester however produces a fleece with long, narrow, curly locks which is much thinner than that of other longwool breeds (between 24 and 28 microns).  As a result it is also much softer and silkier, and when spun gives a yarn that is not only strong, but also very soft with a beautiful drape and soft lustre.  Although a very different wool to merino, it is also soft enough to wear next to the skin, but is considerably more reasonably priced.  It can be used as an alternative in patterns calling for other more expensive DK yarns such as Brooklyn Tweed Arbor and Westwool Tandem.

Over the next few months we will be presenting several new patterns for Pennine, the first should be published in just a few weeks.  So keep your eye out for new kits and new ideas for our new own-brand yarn!

....

 

 

 

 

 

Sep 18, 2020

Je retricoterai vos gris dont l’histoire me fascine, félicitation pour votre documentation, votre talent narratif, l’avenir vous appartient !

Gregori Rosemarie

Leave a comment